Goodbye Cruel World...

12 mai 2008
Pas de petite chanson ce soir... si ce n'est celle-là...

Ma vie, vient de s'arrêter... Pour tout un tas de raisons que je ne comprends pas et que je ne suis pas sûre de vouloir comprendre...

Retour à la case départ... sans passer par la banque... Une fois de plus, une fois de trop...

On donne, on rêve, on crée, on espère, on fait des projets, on y croit de tout son cœur... et puis, un jour, comme si de rien n'était, on se retrouve le bec dans l'eau à traîner sa douleur derrière soi sans que personne ne s'en soucie...

Je me sens si pitoyable... Misérable... Perdue...
Et je déteste ce soleil qui rend les gens si heureux... qui les pousse à faire des barbecue... à se retrouver en famille, entre amis, à boire, rire et s'amuser... à se sentir libre...
Par chance, j'ai appris qu'il allait pleuvoir normalement cette semaine...

Je n'ai plus envie de rien... Ni de crever (même si à part moi, je ne vois pas qui ça dérangerait vraiment à présent), ni de vivre (pour crever seule... merci) ...
Je me sens complètement vide et abattue... et tout ce qui me vient à l'esprit, au cœur, aux tripes, c'est ce furieux besoin de disparaître... purement et simplement...
Comme je le disais, pas mourir, au sens propre du terme (au figuré, je crois que c'est déjà fait), mais de m'évaporer... de me désintégrer... de ne plus être là...
Ça ne changerait rien à tout ça... Mais quelque part, je crois que ça me soulagerait... Enfin, au moins, ça me ferait un peu de bien... Même si ça n'inquiéterait sans doute personne...

Je pourrais le faire... Et peut-être même que je le ferai... Ce serait facile... J'ai déjà tout prévu avec ce qu'il me reste de cerveau...
Après tout... pourquoi pas ?
Je n'ai jamais réellement fuit jusqu'à présent... Et apparemment, ça ne m'a pas trop réussi...
Enfin, je verrai bien...


Opaline... qui voudrait être ailleurs...


9 commentaires

samal90 a dit…

Il faut rester forte ma chere. Chaque fois que tu survivras un malheur, tu seras plus forte et plus resistante au prochain.
Il ne faut jamais laisser tomber...au nombre de fois que je me suis sentis ainsi...si j'avais laisser tomber....je serai 6 pieds sous terre depuis longtemps. Peut etre as tu juste besoin quelque jours de vacances seules :)

Anonyme a dit…

Hum, que dire, dans ces moments là rien n'est succeptible d'être lu ou entendu. Il m'est revenu une petite histoire, peut-être la connais-tu, celle d'un homme qui voulait aider une chrysalide. Il pensait bien faire en perçant le cocon pour que le papillon s'échappe plus facilement, mais ce geste le tua. Parce que la facilité n'était pas faite pour aider le papillon, il avait besoin d'apprendre à se débattre dans son cocon pour déployer ses ailes, et chaque difficulté lui aurait permis de grandir et de s'envoler. Telles les difficultés que nous rencontrons, elles sont là pour nous aider à avancer, et toi seule peut te battre et te débattre pour prendre un envol..
Bien que, comme je le disais, dans ces instants de désespoir rien n'aide vraiment, même pas des mots, tu es la seule à choisir de sortir ou non de ce cocon, mais rien ne t'empêche d'y rester un moment, le temps qu'il te faut ! Tu dis que sans doute cela n'inquièterait personne, j'ai beau être virtuelle, derrière mon écran je m'inquiète...et où que tu sois, ailleurs, ici, ou autre part, je pense à toi. Bisous Opaline. fofi.

OliCo a dit…

......

Anonyme a dit…

t'es où Opaline ? tu me manques ! J'espère vraiment que ça va mieux, je t'embrasse, je pense à toi, bisous, à bientôt hein ? Fofi qui est triste de plus voir miss Opaline.

Neault a dit…

C'est très joli et très vrai cette histoire de chrysalide un peu plus haut.
Mais surtout, il faut prendre conscience que, dans la vie, même lorsque l'on est accompagné et entouré, l'on est seul. Les autres sont toujours décevants. Ils s'en vont ou ne comprennent pas ou détournent le regard quand l'on aurait besoin d'être aidé.
Il faut donc compter avant tout sur ses propres ressources et, surtout, apprendre à ne pas craindre la solitude qui est, pour moi en tout cas, une respiration essentielle.
Il ne faut pas non plus confondre cela avec de l'égoïsme, il s'agit juste de ne pas s'effondrer lorsque l'extérieur ne correspond pas ou plus à l'idée que l'on s'en fait.

Pour rester dans l'animalier, je vais prendre l'exemple du chat et du chien. Quand son maître meurt, un chien peut se laisser mourir aussi, ou passer son temps à attendre son retour. Un chat, lui, continue à vivre. Pourtant, il avait un maître, il vivait avec lui, ronronnait sous ses caresses et éprouvait un réel plaisir à sa présence. Mais, il n'a pas lié son existence même à cette relation.

Il vaut mieux, dans la vie, prendre exemple sur le félin. Ce noble animal aime aussi, mais...pas trop.
Bon, il faut dire qu'il dort jusqu'à 18 heures par jour, c'est le côté "pas terrible" ça. Et il se lèche pour se laver. Mais, heu, on n'est pas obligé de le prendre comme exemple dans tous les domaines hein.
;o)

cobra.blog a dit…

Parce que je sais ce que tu ressens, je sais que je n'ai certainement pas les mots qu'il faut, et pourtant j'aimerais tant les avoir... mais une chose est certaine, tu existes et est importante parce que rien que sur le net, tu vies dans les pensées de celles et ceux qui, sans te connaître réellement attendent de tes nouvelles avec inquiétude. Qu'on le veuille ou non, sans le savoir souvent, on vit dans les pensées des autres et cela nous rend vivant et important même contre notre volonté.

Bisous

Sandy

Plume a dit…

Mes mots me semblent futiles j'emprunterais donc à Yourcenar :

"On ne bâtit un bonheur que sur un fondement de désespoir. Je crois que je vais pouvoir me mettre à construire."
[Marguerite Yourcenar]
Extrait des Feux

Courage...

olico a dit…

Comment vas-tu aujourd'hui ?

Glabou a dit…

Salut Opaline,

Je sais que tu n'auras sans doute rien à faire de ce qu'on te dit, parce que t'en as marre de tout.
Il m'est arrivé la même chose. J'avais du mal à respirer au debut, j'aurai voulu effacer 2 années de ma mémoire.
Je suis encore en train de me lever.
J'ai écrit sur un bloc note mes pensées, ensuite j'ai ouvert un blog pour me vider (mais pas trop). Je me force à sortir (hier soir encore).
Courage, et comme on a dit pour moi, prend soin de toi.

Enregistrer un commentaire