Il y a des jours où...

4 août 2008
Sur fond de: AqME - Je suis
Ça faisait longtemps tiens !


... Où rien ne va... Absolument rien, du début à la fin !
Ces derniers temps, j'oscille entre ras des pâquerettes et 36ème sous-sol sans ascenseur (ce serait trop facile sinon !)... Mais là...
Oui, il y a des jours comme ça... et sincèrement, je m'en passerais bien...

Je suis stressée, énervée... anxieuse... Je ne tiens pas en place... Je vais, je viens d'une pièce à une autre... Sans but, sans besoin particulier...

Je n'aime pas être dans un tel état de nerfs... Coincée avec ce sentiment de colère dont je ne sais que faire...
Et j'aime encore moins ne pas savoir pourquoi, subitement (Je l'admets, cette tension était quelque peu sous-jacente ces derniers jours), j'ai "décidé" que tout (ou presque) allait me tourmenter, m'angoisser, voire, me faire sortir de mes gonds (jusqu'aux larmes de rage !)
Peut-être que l'une de mes soupapes est en train de me lâcher ? Peut-être a-t-elle besoin d'un réglage, d'une réparation ?
Peut-être est-ce parce que je n'ai plus un bouquin à me mettre sous les yeux, pour l'instant... Depuis hier ?
(Un vrai miracle "littéraire": 2 livres en quelques semaines... Il faut dire que Ce Cher Dexter et son Passager Noir étaient de bonne compagnie... Alors, une fois le premier tome lu, j'ai sauté sur le second...)

Mais oui, il y a des journées comme ça... Des journées où je ne peux m'empêcher de traîner quelques idées noires, quelques questions sordides derrière moi...
Comme par exemple:
  • Pourquoi est-ce je n'ai pas succombé au Côté Obscure de la Force en me foutant complètement en l'air, m'assurant ainsi une jolie place à l'ombre d'un arbre de façon définitive, lorsque j'en ai vraiment eu l'occasion, les moyens et la volonté ?
  • Pourquoi a-t-il fallu que je me relève et choisisse la vie plutôt que la mort ?
  • Pourquoi a-t-il fallu que je croies qu'ensuite, les choses allaient s'arranger, que je ne rechuterais plus comme j'ai pu le faire par le passé, que je ne souffrirais plus comme j'ai pu souffrir (tout en prenant conscience du fait que la vie, c'est tout sauf une partie de plaisir), que si je devais à nouveau me battre, ce serait moins compliqué ?
  • Pourquoi a-t-il fallu que je me fourre tout ça dans le crâne ? (Si j'avais su, j'aurais pas v'nu)
  • ...
Et j'en passe et des meilleures (je vous avais prévenu que c'était plutôt sordide comme questions)...

Franchement, il y a des journées comme ça où je ne sais plus trop pourquoi j'ai pris cette décision, pourquoi je n'ai pas continué à me laisser aller sur des pentes glissantes, noyée dans mes raisonnement idiots (je vous l'accorde, mes raisonnements actuels ne sont pas plus intelligents... Mais bon, j'essaye malgré tout)...
Sans doute à cause d'un sursaut d'orgueil que ma mère a provoqué, à cause d'une once d'espoir qui traînait là...
Mais aujourd'hui, je n'ai plus ni l'un ni l'autre (je n'ai jamais été très orgueilleuse de toute manière)... Du moins, je n'en ai plus l'impression...
Ai-je seulement fait le bon choix ? Je ne sais plus...

... Il y a désormais des journées comme ça où, j'ai beaucoup de mal à ne pas me demander si ça en valait vraiment la peine...

Enfin, ça ira sans doute mieux demain rolleyes ...

You start to doubt, you changed your mind
I've seen so many cross that line
I've seen them come, I've seen them go, times will never change
It's the same old song
Pain: Same Old Song


Opaline... Désolée pour toute cette mauvaise humeur rolleyes ...


3 commentaires

PTM a dit…

Ma foi, des fois il y a des hauts, des fois i y a des bas.
Cette attirance vers la force obscure, même moi derrière mon apparence de tout va bien, je dois dire qu'elle me frole par moment, en me disant "et si je mettais une fin à toutes ces questions qui s'entrechoquent dans ma tête"... Et puis la vie continue. Et puis on se dit qu'un jour de merde permet d'autant plus d'apprécier une belle journée ou tout va bien, ou tout du moins tout va mieux.

Le must étant de se dire que contrairement à d'autres, on a "le choix", de vivre... Ce qui n'est pas forcément le cas de tout le monde.

Je repensais pas plus tard qu'hier à la réplique dans fight club, ou un vendeur de boutiques se fait mettre une arme sur le coin de la tempe, et on lui dit "reprend tes études ou sinon je te mets une balle", la personne promet, et s'enfuit. A ce moment, "Tyler durdan" affirme : demain, lorsqu'il verra le jour, pour lui ce sera peut être le plus beau jour de sa vie.

Peut être qu'il faudrait qu'on ait plus souvent un canon de flingue sur la tempe, contre notre volonté, pour plus apprécier le quotidien de nos journées ou le sang coule dans nos veines. Et non pas sur notre peau...

Au plaisir ^^

egantique a dit…

Tu es "taguée" chez moi, bon courage!

Opaline a dit…

-> PTM: Merci pour ton "petit" (je crois que c'est l'un des plus long commentaire qu'on m'ai jamais laissé^^) passage PTM ;-) ...
Tu n'as pas tort et tu as même plutôt raison en fait ;-) ...
Le problème ces derniers temps, c'est que c'est vraiment jour de prout après jour de prout et que je ne sais plus vraiment s'il y aura à nouveau de belles journées...
Je voudrais croire que oui, mais je n'y arrive plus pour le moment... Et il y a donc des jours, comme celui-ci où je ne sais plus et où je perds vraiment le peu de sang-froid et de contenance qu'il me reste...

Pour ta réflexion par rapport à Fight club, du coup, ça m'a fait pensé à Saw (faudrait que je le revoie celui-là ^^)... Et tu n'as peut-être pas tort non plus à ce sujet...
Mais merci toi d'être passé par ici ;-) ... Au plaisir également ^^ ;-) ...

-> Egantique: Je sais que je te l'ai déjà, mais merci à toi d'avoir pensé à moi ;-) ...

Enregistrer un commentaire